Trois thèmes à l’origine d’un changement de paradigme dans le financement des matières premières

28/11/2022

Les flux de matières premières physiques évoluant à un rythme accéléré, les banques de financement vont devoir se réinventer. Point de vue d'expert par Ludivine Labarre, Responsable monde du financement du négoce de matières premières chez Société Générale.

Dans l'histoire du commerce des matières premières, les années 2020 marqueront une période d'évolution fondamentale des flux physiques de matières premières dans le monde. Après une longue période d'augmentation constante des flux, l'instabilité géopolitique et la transition énergétique accélèrent un changement majeur dans la répartition des pays fournisseurs de matières premières.

Cette évolution accélérée à travers le monde exige une plus grande sophistication du financement du commerce des matières premières. Les banques doivent désormais opérer sur un éventail plus large de produits de base, et aider leurs clients à améliorer les normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), tout en ayant la flexibilité nécessaire pour aider les clients à traverser des crises aiguës.

Trois grands thèmes sont à l'origine de ce changement, et se manifestent différemment sur plusieurs types de matières premières (l'énergie, les métaux et les minéraux, ou les produits agricoles). Si les thèmes à long terme sont assez prévisibles, ce qui se passe à court terme est beaucoup plus incertain, comme l'illustrent l'instabilité actuelle et les problèmes de liquidité sur certains marchés de l'énergie.

1.    Augmentation de la volatilité des prix

Le premier thème est la hausse et la volatilité des prix de l'énergie, évidentes depuis le début de la pandémie de Covid-19 en 2020, et surtout depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022. Au cours des 12 derniers mois, la flambée des prix du gaz en Europe a conduit à une crise de liquidité et à une vague d'appels de marge. Les sociétés de négoce de matières premières ont réagi en optimisant prudemment leur liquidité, en augmentant les réserves de liquidités et en introduisant des tests de résistance plus sévères. En tant que banque leader dans le financement des matières premières, Société Générale travaille avec ses pairs pour soutenir activement ses clients à surmonter ces crises de liquidité. Alors qu'un problème avec un gazoduc ou un manque de capacité de regazéification pourrait causer d'autres difficultés, il est probable que la volatilité des prix s'atténue à mesure que des sources alternatives d'énergie renouvelable seront disponibles au cours des années 2020.

2.    Sécurité énergétique et alimentaire

La démondialisation liée aux tensions géopolitiques a fait de la sécurité alimentaire et énergétique une priorité pour les gouvernements en Europe et ailleurs. Si la tendance à la démondialisation se manifeste depuis plusieurs années, elle a été amplifiée par la Covid-19 et la guerre en Ukraine. Ces trois phénomènes ont interrompu et perturbé les chaînes d'approvisionnement en produits de base vitaux et entraîné une inflation des prix. Cela a mis en évidence le rôle clé des sociétés de négoce de matières premières et leur valeur économique pour assurer un approvisionnement régulier en matières premières. À moyen terme, il est probable que les difficultés de sécurité s'atténuent à mesure que les pays trouvent de nouveaux fournisseurs pour certains produits de base, souvent plus proches géographiquement. En termes d'énergie, les problèmes de sécurité obligent à se tourner à court terme vers le GNL, en amont d’un usage accru des énergies renouvelables, prévu plus tardivement dans la décennie.

3.    Transition ESG

Que ce soit pour les sociétés de financement du commerce des matières premières, les transformateurs, les exportateurs ou les distributeurs, la transition ESG s'accélère tout au long de la chaîne valeur des matières premières. Elle est non seulement fermement ancrée dans les feuilles de route stratégiques des entreprises, mais celles-ci apportent de plus en plus d'améliorations spécifiques comme le recyclage des métaux ou la garantie de bonnes conditions de travail dans les chaînes d'approvisionnement. Les experts de Société Générale aident les clients à concevoir leurs parcours ESG, tout en élargissant le champ de ses propres activités vers des matières premières plus propres. La banque contribue également à identifier les opportunités de réduction de l'empreinte carbone des transactions, et à inciter à des améliorations telles que la réduction des émissions de carbone des scopes 1 et 2.

Par exemple, en 2021, Société Générale a été l'une des banques qui a arrangé le refinancement d'une facilité de crédit renouvelable liée au développement durable pour Sucres et Denrées, le groupe de négoce de matières premières spécialisé dans le sucre, qui a fixé des indicateurs de performance clés pour les objectifs de développement durable. Les bonnes performances seront récompensées par un don des banques à une fondation caritative. De même, en 2022, Société Générale a agi en tant que joint sustainability coordinator sur une facilité d'emprunt pour Interfood, un important négociant indépendant de produits laitiers. Cette facilité est liée à une série d'indicateurs clés de performance ESG.

Directement liée à ces 3 thèmes, la digitalisation du financement des matières premières impacte aussi les flux. Fondée en 2018, Komgo (dont Société Générale est actionnaire), est une plate-forme numérique qui a gagné en popularité pendant la pandémie. En effet, les transactions étaient alors souvent interrompues avec l’absence des collaborateurs et la lenteur de la livraison de documents physiques dans certains pays. Komgo améliore l’efficacité du financement des matières premières en période de crise, et augmente la sécurité des transactions et rationalise leur administration.

En tant que banque leader du financement du commerce des matières premières, Société Générale est bien placée pour accompagner ses clients en ces temps de changement. La banque continue de fournir des solutions de financement et de gestion des risques sur mesure pour soutenir l'approvisionnement, le stockage, le transport, la transformation et la commercialisation dans tous les secteurs des matières premières.  

À plus long terme, cette compréhension des enjeux et besoins des clients sera clé, alors que le monde connaît une évolution fondamentale tant au niveau des fournisseurs de matières premières que dans la nature même de ces dernières. Par exemple, l'hydrogène amené à remplacer les hydrocarbures. Les banques de financement des matières premières devront se réinventer pour approfondir encore leur expertise, couvrir l’ensemble des chaînes de valeur et élargir leur champ d'action.

Ludivine Labarre Responsable monde du financement du négoce de matières premières Société Générale