Un nouveau type d'interconnecteur pour renforcer la résilience énergétique

25/05/2022

Les interconnecteurs fournissent une énergie propre ainsi que la flexibilité et la résilience nécessaires pour fournir de l'électricité aux pays voisins.

Lorsque le Champlain Hudson Power Express commencera à acheminer l'électricité sous terre du Québec à New York en 2025, il fournira de l'énergie hydro-électrique verte au cœur de la ville. Il rendra également l'approvisionnement en électricité plus résilient après une décennie où les ouragans, les vagues de chaleur et les inondations ont périodiquement privé des milliers de personnes d'électricité.
À l'heure où la sécurité énergétique et la flambée des prix de l'électricité sont des préoccupations mondiales, un nombre croissant de ces câbles à haute tension est prévu. Également appelés interconnecteurs, ils relient les systèmes électriques de pays ou de régions voisins, permettant de transporter l'électricité de l'un à l'autre ou, de plus en plus fréquemment, d'alimenter le marché en production renouvelable.
Les interconnecteurs ne permettent pas seulement d'acheminer de l'énergie verte d'une région où elle est abondante vers une région où elle est demandée, mais aussi d'assurer la flexibilité et la résilience. À mesure que la transition vers le « zéro émission nette » s'accélère et que les pays deviennent plus dépendants des énergies renouvelables, les interconnecteurs permettent à un pays d'exploiter le marché de l'électricité d'un pays voisin lorsqu’il n’y a pas de vent ou de soleil.
« Les interconnecteurs sont des actifs de transition énergétique avant tout parce qu'ils améliorent la flexibilité d'un système », explique Allan Baker, responsable conseil et financement de projets chez Société Générale. « De toute évidence, si vous avez une bonne interconnexion avec différents marchés ayant des profils de charge différents, vous n'avez pas besoin de maintenir autant de capacité de réserve thermique opérationnelle provenant d'une centrale à charbon ou à gaz. Vous pouvez compter sur les interconnecteurs pour assurer cette fonction. Nous considérons également les interconnecteurs comme un moyen d'acheminer l'énergie propre du point A, où elle est produite, au point B, où se trouve la demande. »

De nombreux nouveaux projets sont attendus

L'Union européenne s'est fixé des objectifs parmi les plus ambitieux en matière d'interconnecteurs transfrontaliers, qui, selon elle, permettront à la fois de renforcer la sécurité de l'approvisionnement en électricité et d'intégrer davantage d'énergies renouvelables dans ses marchés énergétiques. L'UE a fixé un objectif d'interconnecteurs d'au moins 15 % d'ici 2030, ce qui signifie que chaque pays devrait disposer de câbles à haute tension permettant de transporter au moins 15 % de l'électricité produite sur son territoire hors de ses frontières.
Auparavant, les interconnecteurs étaient généralement développés, construits et financés par les gestionnaires de réseaux de transport d'électricité des différents pays, aujourd'hui, on constate qu'ils sont de plus en plus développés et soutenus par des entreprises privées indépendantes. Cette nouvelle catégorie d'interconnecteurs se tourne de plus en plus vers le marché du financement de projets pour obtenir des financements en tant qu'entreprises autonomes.
Par exemple, l'interconnecteur Greenlink, dont l'investissement de 500 millions d'euros a été bouclé en mars 2022, reliera les réseaux électriques du Royaume-Uni et de l'Irlande au moyen d'un câble sous-marin et souterrain de 190 km. Prévu pour être achevé en 2024, il s'agit du premier interconnecteur à financement privé en Europe.
Ce projet est soutenu par un accord “cap-et-floor”, qui garantit un retour minimum (revenus) sur l'investissement tout en plafonnant, en contrepartie, la hausse pour les investisseurs. Société Générale a agi en tant que conseiller financier, aidant à assurer la bancabilité du projet, travaillant conjointement avec Greenlink Interconnector pour négocier avec les régulateurs irlandais, britanniques et européens.
« Il s'agissait d'un accord “cap-et-floor” avec le gouvernement britannique et d'un accord similaire avec le gouvernement irlandais, où il existe un certain risque de revenu entre le plafond et le plancher », explique Allan Baker. « C’est une question de bancabilité : vous recevez un montant minimum de revenus pour la construction de l'infrastructure, mais vous ne bénéficiez pas non plus de prix très élevés s'il existe des contraintes sur le marché qui pourraient générer un profit important. L'arrangement permet de limiter le risque, mais pas de l'atténuer complétement. »

Simplifier la complexité

Bien que les interconnecteurs puissent sembler simples d'un point de vue conceptuel, comme des câbles haute tension reliant un point à un autre, ils peuvent être très complexes et il n'y en a pas deux qui soient identiques. Cette complexité s’explique par le fait qu’en général, une partie du câble se trouve dans un pays et l'autre partie dans un autre. Cela signifie qu'il faut négocier avec deux régulateurs nationaux de l'électricité différents et tenir compte de la dynamique différente de deux marchés.
« Les actifs les plus complexes pour lever des fonds sont les interconnecteurs comme Greenlink où vous avez un double flux », note Olivier Musset, responsable mondial de l'énergie chez Société Générale. « Vous avez un double flux régi par deux organismes de réglementation différents, avec deux sources de flux de trésorerie. Il peut également y avoir différents types de subventions et de protection des créanciers. Faire fonctionner ensemble ces deux côtés de l'équation est un grand défi. Les interconnecteurs sont vraiment l'un des types d'infrastructure les plus complexes pour lesquels nous avons levé des fonds »
Pour preuve, la structure de financement de l'interconnecteur NeuConnect, qui crée la première liaison électrique directe entre l'Allemagne et le Royaume-Uni et dont le bouclage financier est prévu en 2022, est largement différente de celle de Greenlink Interconnector. Le projet Champlain Hudson Power Express, dont la clôture financière est également prévue en 2022, est également différent.
À l’avenir alors que les interconnecteurs relieront de plus en plus des réseaux électriques voisins ou faciliteront l'acheminement d'énergie propre vers le marché de l’électricité, ils amélioreront la durabilité, la résilience et la sécurité de l'énergie, voire son abordabilité. A mesure que les sources d'énergie renouvelables, telles que l'éolien offshore, occuperont une place plus importante dans l’offre énergétique, les interconnecteurs joueront un rôle essentiel en les reliant aux villes et aux centres industriels qui en ont le plus besoin.

Olivier Musset Global Head of Energy Societe Generale Corporate and Investment Banking