Le rôle essentiel du crédit à l'exportation comme catalyseur de la décarbonation

24/01/2022

Par Cécile Camilli, Responsable Mondiale du Développement & Financements Export Structurés

Alors que les flux d'exportations industrielles se déplacent et que les gouvernements soutiennent leurs champions nationaux de l'énergie verte, les agences de crédit à l'exportation (ECA) étendent leur schéma traditionnel de support à l’export, en offrant des solutions innovantes et flexibles. Avec un sentiment croissant d'urgence, elles soutiennent des projets incluant les risques induits par les nouvelles technologies vertes, les rendant finançables, et permettent ainsi d’accélérer la transition. En faisant cela, elles jouent un rôle de catalyseur.

Si la principale évolution se trouve dans l'attention accrue accordée aux projets de décarbonation et de lutte contre le changement climatique sur les marchés développés, les ECA jouent également un rôle clé dans les financements avec une orientation sociale. Sur les marchés en développement, les ECA travaillent aux côtés des institutions de financement du développement (IFD) et des banques multilatérales de développement, en atténuant les risques environnementaux et sociaux des projets grâce à des financements mixtes. Ce faisant, ils rendent plus viables des projets dans des secteurs d'infrastructures durables essentiels tels que la sante, les chemins de fer ou les énergies renouvelables, de même que la purification de l'eau potable ou le traitement des eaux usées.

En élargissant leur expertise et leur appétit pour le risque, les ECA offrent un éventail beaucoup plus large de solutions à travers des programmes de soutien nationaux et internationaux, des garanties liées ou non liées aux exportations, répondant aux défis techniques et de crédit des projets de transition énergétique, tout en accélérant la perspective d'un avenir plus durable. Qui plus est, ils viennent renforcer l'importance accrue accordée à la souveraineté nationale et à la relocalisation des chaînes d'approvisionnement vertes.

Ce changement parmi les ECA pour soutenir les projets durables est rapide. Sur l'ensemble des marchés développés et en développement, 21 % des 140 milliards de dollars de financements à l'exportation accordés dans le monde en 2020 l’ont été pour des projets labellisés durables, selon les données de TXF. Il s'agit d'une avancée importante par rapport aux 16% de 2019.
 

Repousser les limites

En effet, depuis le début de la crise économique liée à la pandémie, de nombreuses ECA sont de plus en plus disposées à accorder des garanties en tenant compte des intérêts stratégiques nationaux.

En même temps que les ECA renforcent leur soutien aux projets verts, elles restreignent aussi le financement des combustibles fossiles. Par exemple, en octobre 2021, l'Australie, le Canada, l'UE et les États-Unis ont convenu de mettre fin au soutien au crédit pour les centrales électriques au charbon en service. Le Royaume-Uni a mis fin à tout soutien aux projets d'exploitation de combustibles fossiles à l'étranger en mars 2021, tandis que la France, la Suède et le Danemark ont annoncé un calendrier pour l’arrêt progressif des aides aux combustibles fossiles.

Les initiatives individuelles en faveur du climat sont lancées en parallèle d'un lobbying international (tel que la coalition "Export Finance for Future") visant à créer des conditions de concurrence équitables et durables au niveau de l'OCDE : cela permettrait d'aligner toutes les ECA sur les objectifs climatiques de l'Accord de Paris, idéalement en partenariat avec la Chine.
 

Relever les défis de demain


Chez Société Générale, nous nous joignons aux ECA pour repousser les limites du possible. Nous avons rebaptisé notre département Financements Exports en Développement & Financements Export Structurés, réunissant le financement des exportations, le financement structuré, les multilatéraux et les banques de développement. Cette combinaison permet de financer un plus large éventail de risques (y compris les financements sans recours, les technologies innovantes et les nouveaux développements), d'augmenter la taille des transactions, d'étendre la durée maximale et d'introduire le financement en monnaie locale.
 

Copyright Northvolt
Usine de batteries Northvolt - © Northvolt Ett, Skellefteå, Suède

Société Générale a géré plusieurs financements innovants impliquants des ECA, y compris le financement du projet de l'usine de batteries suédoise Northvolt où les ECA ont pris un risque important sur une industrie impliquant de nouvelles technologies, tout en se basant sur le soutien non seulement des exportations mais aussi des intérêts stratégiques d'importation. Le financement d'une usine de purification de l'eau sur le site de La Mé river en Côte d'Ivoire illustre également le pouvoir des financements mixtes - qui réunissent des capitaux publics/multilatéraux et privés. Ce financement a impliqué l’ECA BPI France et la Banque Ouest-Africaine de Développement, et fournira à la fois des euros pour les coûts internationaux et de la monnaie locale pour les coûts locaux. D'ici 2025, l'usine fournira environ un tiers de l'eau potable d'Abidjan, la plus grande ville de Côte d'Ivoire.

La Mé river
Usine de purification de l'eau sur le site de La Mé river en Côte d'Ivoire - © Besix

Le financement de projets de transition énergétique et d'infrastructures durables s'accélère rapidement. Qui plus est, les ECA ne sont plus actives uniquement dans les pays en développement. Elles soutiennent de plus en plus leurs champions nationaux qui exportent vers d'autres pays développés, ou bien les importations qui soutiendront le développement d'industries nationales à faibles émissions de carbone.

En devenant plus flexibles et plus innovants, les ECA semblent être en mesure de faire une différence significative. Elles comblent le déficit de financement, rendant acceptables les risques en lien avec les nouvelles technologies, les industries naissantes et les infrastructures durables. En tant que tels, elles s'avèrent être des catalyseurs inestimables dans la course à la décarbonation et, plus largement, dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.

 

Cécile Camilli Responsable Mondiale du Développement & Financements Export Structurés Societe Generale Corporate and Investment Banking