Suivre l'évolution du reporting ESG

25/11/2020

En tant qu'industrie hautement réglementée, les prestataires de services financiers sont les premiers à produire des rapports sur les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Mais cela reste un travail en cours : la demande croissante des décideurs politiques et des investisseurs pour une cohérence dans le reporting ESG entraînera une plus grande convergence des normes utilisées au niveau mondial par les banques, les gestionnaires d'actifs et les sociétés cotées en bourse.

Point de vue de Pascal Lambert, Responsable Pays pour le Groupe à Singapour, Société Générale

Des décideurs politiques au grand public, la durabilité est en train de devenir une priorité dans le monde entier. Cette évolution fait naître chez les parties prenantes l'espoir que les entreprises s'alignent sur un ensemble de normes ESG communes. Pour comprendre cette tendance à l'alignement ESG de ces dernières années, il faut connaître les objectifs de développement durable (SDG) des Nations Unies et l'accord de Paris sur le changement climatique, qui fournissent des objectifs généraux que les entreprises peuvent prendre en compte dans leur reporting ESG.

De notre point de vue, les entreprises adoptent deux approches différentes en matière de reporting ESG :

Une approche réactive : À mesure que les banques mettent en place un processus rigoureux de sélection ESG, les entreprises commencent à s'intéresser à leur propre empreinte carbone et à leurs projets durables. Elles commencent à ajuster leurs modèles d'entreprise, surtout si cela permet d'obtenir des liquidités de la part des banques.

Une approche proactive : Les entreprises ont une intention réelle ou un intérêt commercial stratégique à contribuer aux SDG et agissent de leur propre chef. En plus d'entreprendre des projets importants impliquant des énergies renouvelables ou des technologies durables, ces entreprises prennent également en considération les initiatives liées à l'impact social. Le défi pour les banques devient alors ces projets avec leurs critères de prêt plus traditionnels.

Pour s'assurer que la banque peut répondre aux besoins évolutifs de ses clients tout en continuant à honorer son propre engagement envers les principes et les normes de reporting ESG de manière cohérente, Société Générale a intégré les principes ESG comme principe directeur dans l'ensemble de sa stratégie, de sa gouvernance et de ses pratiques commerciales. Nous tenons un certain nombre d'engagements dans cette perspective.

En 2001, Société Générale est devenue la première banque française cotée à signer la Déclaration des institutions financières sur l'environnement et le développement durable coordonnée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), une initiative visant à mobiliser les financements du secteur privé en faveur du développement durable. En 2003, nous avons adhéré au Pacte mondial des Nations Unies (UNGC), la plus grande initiative mondiale en faveur du développement durable, dans laquelle les entreprises s'engagent à placer la durabilité, la responsabilité sociale et la gouvernance au cœur de leurs pratiques commerciales.

Nous alignons également nos stratégies et nos activités sur diverses chartes et principes de responsabilité sociale des entreprises (RSE), notamment les dix principes du Pacte mondial des Nations Unies couvrant les droits de l'homme, le travail, l'environnement et la lutte contre la corruption. Cela a conduit la Banque à signer les Principes pour l'investissement responsable (UN PRI), et à être l'un des signataires fondateurs des Principes pour une banque responsable.

L'adéquation à ces initiatives nous aide à mieux comprendre et orienter nos efforts en matière de durabilité, en progressant dans nos ambitions de manière plus coordonnée.

Nos objectifs de développement commercial reflètent également notre engagement - nous sommes l'une des cinq banques signataires de l’engagement de Katowice qui collaborent pour garantir que leurs activités de prêt soient conformes à l'accord de Paris des Nations Unies. Et Société Générale a été l'un des cofondateurs des Principes de Poséidon, qui nous permettent d'appliquer un cadre clair qui tient compte des considérations climatiques lors du financement du transport maritime - par exemple en utilisant des normes acceptées pour la décarbonisation.

Nous commençons à voir des résultats encourageants : le classement annuel de RobecoSAM (maintenant S&P SAM) sur le développement durable a placé Société Générale au premier rang mondial sur les questions environnementales en 2019. Le cabinet d'études financières Autonomous classe la banque en deuxième position dans la catégorie gestion des risques climatiques, en distinguant comme étant "best in class" la qualité des informations de notre rapport TCFD.

Le leadership de Singapour

À Singapour, un nombre important d'entreprises ont adhéré au Pacte mondial des Nations Unies. Il s'agit d'une combinaison de grandes entreprises et de petites et moyennes entreprises. Deux autres entreprises locales participent à la déclaration des institutions financières sur l'environnement du Programme des Nations Unies.

La bourse de Singapour (SGX) exige de toutes les sociétés cotées en bourse qu'elles publient un rapport annuel sur le développement durable, reflétant ainsi le consensus international sur l'importance du reporting des progrès des entreprises en matière d'ESG. Société Générale ne considère plus ces informations comme "non financières". Nous les classons plutôt dans la catégorie des "performances extra-financières" dans notre rapport intégré - une étape importante vers la standardisation des exigences de reporting de nos activités.

Les défis du reporting ESG

Bien qu'il existe des principes et des objectifs clairs pour l'alignement des ESG, la normalisation mondiale des mesures et des rapports ESG doit être améliorée. Parmi beaucoup d'autres, deux obstacles principaux à la communication claire et cohérente des mesures ESG doivent encore être surmontés.

Une prolifération des normes de reporting : Les initiatives dispersées et les différentes méthodologies adoptées par les prestataires de services tiers tels que les agences de notation, les sociétés d'études de marché et les vérificateurs entraînent des incohérences. En retour, cela conduit à des données ESG peu fiables et difficilement comparables. Société Générale a adopté le cadre fourni par la Task Force on Climate-Related Financial Disclosures (TCFD), qui a été approuvé et intégré dans les régimes de reporting obligatoire par les régulateurs de l'Union européenne (UE).

Le défi des données : De nombreuses entreprises, en particulier celles à faible capitalisation boursière, ont des difficultés à allouer des ressources suffisantes pour collecter, trier et analyser avec précision les données dans tous les domaines de l'ESG. Et pour les entreprises multinationales complexes, le suivi de l'ensemble de la chaîne de valeur du carbone est également une tâche compliquée.

Une consolidation en cours

En tant que banque, nous recevons des directives de nos régulateurs, tant en France que dans les autres pays où nous opérons, de sorte que les exigences réglementaires ont tendance à favoriser l'harmonisation de nos normes de reporting ESG. La Commission européenne s'emploie à consolider rapidement les normes de reporting, et celles-ci sont de plus en plus présentes en Asie. L’Autorité monétaire de Singapour (MAS) a mis en place un groupe de travail réunissant des banques, des compagnies d'assurance et des gestionnaires d'actifs pour traiter cette même question, en faisant référence à la TCFD dans son dernier rapport. En fin de compte, nous constatons une plus grande consolidation des normes de reporting dans un avenir proche, la majorité des entreprises adoptant une poignée de normes mondiales clés.

Pascal Lambert Group Country Head, Singapore & Head of South East Asia and India Societe Generale