L'éolien offshore sera-t-il un atout pour l'objectif de neutralité carbone du japon d'ici 2050 ?

16/12/2020

« Pour un pays où les terres peuvent être rares et chères, l'éolien offshore peut être un accélérateur de la transition énergétique au Japon. »

Par Daniel Mallo, Responsable Ressources Naturelles et Infrastructures pour l'Asie-Pacifique, Société Générale

Lorsque Yoshihide Suga a prononcé son premier discours en tant que nouveau Premier ministre du Japon le 26 octobre 2020, il a promis que le pays atteindrait une neutralité carbone d'ici le milieu du siècle : le premier engagement du gouvernement japonais en lien avec l'objectif de l'accord de Paris de maintenir l’augmentation de la température mondiale inférieure à 2°C par rapport aux niveaux préindustriels d'ici 2050.

Avant cette annonce, les secteurs privés ont fait pression sur la transition du pays vers les énergies renouvelables, recommandant jusqu'à 40 % d'ici 2030, soit le double de l'objectif annoncé par le gouvernement en octobre 2020. Au milieu des pressions croissantes des milieux d'affaires, l'alignement du Japon sur cet objectif devrait accélérer le développement des ressources d'énergie renouvelable, et l'éolien offshore devrait être un élément essentiel des plans d'investissement pour le secteur.

Ouvrir la porte à l'éolien offshore

Le Japon s'est engagé à installer une capacité éolienne offshore de 10 gigawatts (GW) d'ici 2030 pour lancer un processus exponentiel vers la décarbonisation du secteur. Plus récemment, le gouvernement a annoncé qu'il s'engageait à installer jusqu'à 45 GW en 2040. La première enchère publique pour une licence de développement d'un de ces sites s'est ouverte le 24 juin 2020 et concerne une zone maritime au large de la ville de Goto, dans la préfecture de Nagasaki. Les sociétés de développement doivent soumettre des plans détaillés pour une installation éolienne offshore flottante sur le site, en respectant les exigences énoncées dans la loi, y compris les détails de financement. Le gagnant de la vente aux enchères sera sélectionné par le ministère de l'économie, du commerce et de l'industrie (METI) et celui des terres, des infrastructures, des transports et du tourisme (MLIT) vers juin 2021.  

Cette toute première étape, liée à l'éolien offshore flottant mais avec une capacité limitée à 20MW, a récemment été suivie par le lancement, le 27 novembre 2020, du processus d'enchères pour des capacités éoliennes offshore à fondations fixes allant jusqu'à 1,4GW, qui seront construites au large des préfectures d'Akita et de Chiba. Ce nouvel appel d'offres, dont la clôture est prévue pour le 27 mai 2021, est le premier à cibler des projets de fondations fixes de grande envergure. Il porte sur quatre zones maritimes : Noshiro, Mitane et Oga ; Yurihonjo Nord ; Yurihonjo Sud ; et Choshi. 

Ces appels d'offres supplémentaires lancés successivement par l'administration de Shinzo Abe et de Yoshihide Suga démontrent la cohérence des autorités japonaises dans leur soutien au développement de l'éolien offshore. 

Avec le septième plus long littoral du monde et des conditions favorables au développement du marché de l'éolien offshore, un certain nombre de questions doivent être résolues à mesure que ce marché arrive à maturité : les coûts devront baisser, le réseau devra être adapté et les procédures d'évaluation environnementales et sociales devront peut-être être simplifiées. D'autre part, il est probable que des capitaux seront facilement disponibles pour le développement de cette classe d'actifs, avec des niveaux élevés de liquidité attendus tant du côté des capitaux propres que de la dette, et parmi les sources de financement nationales et internationales. 

Les coûts 

Un élément clé du financement est le tarif de rachat (FIT), un mécanisme qui oblige les entreprises de services publics à acheter l'électricité produite par le nouveau projet à des prix fixes fixés lors d'une vente aux enchères. Le tarif de rachat est essentiel dans la phase initiale du secteur, en particulier pour les promoteurs de projets, car les nouvelles installations devront obtenir un certain niveau de certitude en matière de revenus afin de justifier des investissements aussi importants.  

Le premier projet, Akita & Noshiro, est un excellent départ pour l'industrie : il coûte environ 1 milliard de dollars US pour une capacité de 140 MW, ce qui reflète un niveau relativement élevé de coûts d'investissement, mais certaines dépenses initiales ont dû être engagées juste pour mettre l'industrie sur les rails. Au fil du temps, ces dépenses devraient diminuer grâce aux économies d'échelle : les projets vont prendre de l'ampleur et une partie des coûts initiaux seront répartis sur une industrie plus importante. 

Le réseau 

La deuxième question à traiter est le risque d’interruption, ou la capacité du réseau à gérer les nouveaux niveaux de production d'électricité des grands parcs éoliens offshore. L'infrastructure de transmission doit pouvoir accueillir les centaines de mégawatts de puissance intermittente qui seront produits. Les services publics régionaux et l'opérateur du réseau japonais devront coopérer pour moderniser le réseau et gérer la nouvelle dynamique de la demande associée à l'énergie éolienne. 

Le risque d’interruption est une considération importante pour les investisseurs, tant du côté des dettes que des capitaux propres, et ce risque devra être atténué de manière adéquate. Heureusement, le Japon dispose de l'expertise nécessaire à cette évaluation sophistiquée des risques. 

Le financement 

Le financement de projets de construction complexes et à long terme comporte plusieurs phases afin de soutenir le projet depuis le développement initial jusqu'à la mise en service. Il est instructif de comparer l'univers des investisseurs potentiels du Japon avec celui de Taïwan, où nous n'avons pratiquement pas vu d'investisseurs nationaux : la grande majorité des capitaux propres investis dans le secteur provenaient de l'étranger. Mais le Japon compte des « investisseurs sophistiqués » qui ont déjà fait leurs preuves dans le domaine de l'éolien offshore grâce à leur participation à des projets européens. Si les investisseurs internationaux chercheront sans aucun doute à jouer un rôle au Japon, il sera important qu'ils puissent apporter une valeur ajoutée au-delà de la seule fourniture de capitaux supplémentaires. Un ensemble de compétences spécifiques, une expérience directe de certains aspects clés de la classe d'actifs et la capacité de gérer des processus de construction complexes pourraient par exemple être des facteurs clés de différenciation.   

En conclusion, les premières étapes du développement de l'énergie éolienne offshore au Japon seront un catalyseur important pour les progrès du pays vers la réalisation de ses objectifs de neutralité carbone - et joueront un rôle de premier plan dans la transition énergétique du pays. Grâce aux efforts collectifs des autorités japonaises, du secteur privé, des promoteurs de projets, des investisseurs et des banques, le Japon pourrait exploiter les opportunités et devenir un autre marché optimal de l'éolien offshore en Asie du Nord.

Daniel Mallo Head of Natural Resources & Infrastructure, Asia Pacific Societe Generale