Sur le chemin du développement durable

22/12/2020

La marche vers le développement durable en tant qu'élément clé de la réflexion et de la planification des entreprises se poursuit, accélérée par la pandémie de coronavirus.

Je suis ravi d'avoir l'occasion de partager mes réflexions sur ce sujet de plus en plus important, dont les messages clés pourraient difficilement être communiqués, même par les plus grands héros de la littérature classique et moderne.
Même pour les spécialistes du secteur, le voyage peut parfois sembler aussi déconcertant que le gargantuesque Ulysse de James Joyce plutôt que l'Odyssée d'Homère, plus simple.

Tous les principaux acteurs économiques sont clairement engagés dans une vague incroyablement forte vers une croissance durable. Les particuliers - en particulier la jeune génération et les investisseurs institutionnels, les gouvernements des États, les organisations non gouvernementales et les institutions supranationales, poussent clairement à adopter une stratégie de croissance qui préserve l'environnement et réduit la dislocation sociale. L'ambition est la clé. Plus nous visons haut, plus nous avons de chances d'atteindre nos objectifs.

Je crois que nous avons atteint un point de non-retour sur le chemin qui nous fait passer de la pollution de la planète à sa propreté. Pour une banque, la finance durable n'est plus seulement une option supplémentaire à avoir dans la boîte à outils de l'entreprise. Il s'agit d'un élément essentiel d'un objectif plus large, auquel Société Générale s'est explicitement engagée dans le cadre d'un exercice de revue collective.

Société Générale s'engage à "construire, avec ses clients, un avenir meilleur et durable, grâce à des solutions financières responsables et innovantes", en travaillant sur un plan à long terme et dans notre intérêt mutuel à long terme, tant individuel que collectif, comme indiqué dans notre raison d’être.
Nous voulons jouer un rôle dans la transformation du monde et contribuer à un monde meilleur, plus respectueux de l'environnement et plus inclusif, en termes économiques, sociaux et numériques.

Définir la durabilité


Cela dit, il s'agit ensuite de définir ce que l'on entend par "durable" et de préciser le point de départ du chemin à parcourir pour parvenir à un avenir plus durable. Nous devons également éviter de nous laisser attirer sur les rochers par des sirènes qui chantent des chansons tentantes de non-durabilité.

À cet égard, j'ai trois convictions fortes.
Premièrement, la durabilité est par nature une question à long terme. Les entreprises et les banques ne peuvent pas simplement changer leurs modèles d'entreprise du jour au lendemain : une période de transition est essentielle.
Deuxièmement, la durabilité et la rentabilité ne peuvent être des objectifs qui s'excluent mutuellement. À long terme, une durabilité bien gérée ouvrira la voie à de nombreuses possibilités d'activités commerciales rentables.
Troisièmement, la responsabilité. Le secteur bancaire joue un rôle central dans le développement économique et les banques sont des employeurs importants dans de nombreux pays. Cela confère une responsabilité particulière au secteur.

Renforcer la croissance

« Étant au centre du financement, les banques ont un rôle clair à jouer dans le processus de développement d'une croissance plus verte, d'une croissance qui respecte les ressources de la planète. Cela doit être fait progressivement, mais nous devons aussi être ambitieux. À cet égard, Société Générale a pris la décision claire de mettre fin au financement du charbon dans les pays développés d'ici 2030 et s'est engagée à lever plus de 120 milliards d'euros dans le cadre de la transition énergétique entre 2019 et 2023. »

Jusqu'à présent, la banque s'inscrit pleinement dans cet objectif global. Dans le domaine du commerce, par exemple, beaucoup de travail est fait pour développer les activités de garantie écologique. La liste des opérations réalisées en 2020 comprend, par exemple, un mécanisme de garantie verte pour Elecnor, permettant au groupe espagnol de l'utiliser pour des projets verts éligibles qui bénéficient à l'environnement et sont socialement responsables.


La diversité au centre


La diversité dans le domaine des ressources humaines ne signifie pas seulement que l'égalité des chances en matière de rémunération et d'évolution de carrière est garantie.

« Promouvoir la diversité signifie constituer des équipes de gestion avec un mélange d'expériences, de cultures, de visions et de sensibilités culturelles et sociales, afin de mieux comprendre l'évolution de nos entreprises et de prendre de meilleures décisions. Je suis convaincu que toute entreprise sera meilleure si sa direction considère ses différences comme une opportunité à saisir, plutôt que comme un obstacle à négocier. »

Vers l'inclusion sociale et économique


Comme l'a démontré Charles Baudelaire avec Les Fleurs du Mal, de bonnes choses peuvent émerger du mauvais, comme je pense que nous le verrons avec la pandémie de coronavirus. Selon moi, les crises ne changent pas les tendances de fond, mais les amplifient et les accélèrent. Il n'en sera pas autrement pour le Covid-19. Je ressens un fort sentiment d'optimisme quant à l'avenir, pour la société, pour l'économie, pour la planète.

Il est essentiel que les banques fassent tout leur possible pour aider leurs clients à surmonter la crise et leur offrir des conseils et des solutions financières pour améliorer leur résilience future.

Ici aussi, je pense qu'il est nécessaire de trouver une solution équilibrée, en aidant les nombreuses économies, les PME et les secteurs industriels vulnérables qui se trouvent dans des situations difficiles inattendues, tout en gérant les risques avec prudence. Je suis fier de participer à l'ambition de Société Générale pour l'Afrique, qui illustre son engagement en faveur du développement du continent le plus pauvre du monde. En jouant son rôle dans le développement du continent le plus pauvre du monde, en parvenant à un développement plus équilibré des richesses.

Dans ce contexte, il y a un argument fort en faveur de la distribution prioritaire des vaccins Covid-19 aux régions les plus pauvres du monde. Pour certains, cela représenterait un grand geste approprié.


La frugalité, la nouvelle normalité ?


En attendant, Société Générale continuera à s'efforcer de démontrer que la banque moderne peut être une force du bien, y compris à la pointe de l'informatique. Le secteur bancaire est devenu très dépendant de l'utilisation des technologies de l'information, et l'ère numérique va considérablement accroître cette utilisation.

En tant que responsable des activités de Global Transaction & Payment Services, je supervise des équipes qui génèrent des quantités incalculables de données qui doivent être stockées correctement. Je suis conscient de l'urgence de développer des capacités qui contribueront à maximiser les avantages à tirer des nouvelles technologies, telles que la blockchain, qui peuvent améliorer considérablement l'efficacité et l'impact sur les clients.

Mais il est évident que ces technologies sont de très énergivores et qu'il est essentiel de trouver des moyens de devenir plus économe. À cet égard, Société Générale a rédigé une charte pour une informatique responsable, qui va au-delà du simple fait de dire aux collègues de fermer les portes, d'éteindre les lumières et de faire plus attention au stockage des courriels. La charte énonce des principes clairs à respecter dans la consommation et l'investissement quotidiens en matière de technologies de l'information.

Pour en revenir à une vision plus large, les investisseurs, les fonds de pension, les gestionnaires d'actifs et d'autres acteurs exercent tous une pression croissante sur le secteur financier, consciemment ou non. Il reste beaucoup à faire pour aider les clients à prendre conscience de questions telles que leur empreinte carbone et la manière la plus appropriée de la gérer.

La durabilité est un voyage et je me réjouis d'accompagner lesclients actuels et futurs dans ce voyage, en les aidant à devenir plus équilibrés et plus rentables, ainsi que plus durables.

À lire aussi

nos engagements en matière de responsabilité sociale et environnementale